Communiqués

AVIS DE DECES

C’est avec une très grande tristesse que nous venons d’apprendre le décès cette nuit de Marie-Christine LEBLANC, qui luttait avec un grand courage contre la maladie depuis plusieurs mois.

Marie-Christine LEBLANC était gérante d’A PUISSANCE 3, PMI spécialisée dans l’électronique située à SAUCATS en Gironde. Elle était ingénieure et s’était particulièrement impliquée  au sein du Bureau de l’UIMM Gironde-Landes dans le suivi des formations d’ingénieurs en partenariat avec les Ecoles de Bordeaux et le Pôle formation de Bruges. Elle avait exercé la présidence de l’ITII AQUITAINE (Institut des Techniques d’Ingénieurs de l’Industrie) pendant de nombreuses années.

Elle s’était également tout particulièrement impliquée dans la promotion de l’emploi au féminin dans les métiers techniques de l’Industrie en animant plusieurs manifestations IndustriElles ainsi qu’en développant par ses témoignages des contacts fructueux avec des enseignants et des établissements scolaires pour faire connaitre l’industrie et ses métiers.

Au-delà de ses mandats et de ses engagements, c’est une femme de grandes qualités intellectuelles et morales que nous perdons, une chef d’entreprise qui a porté haut le flambeau de l’Industrie.

L’UIMM Gironde-Landes présente à ses proches, sa famille, ses amis et l’équipe d’A PUISSANCE 3 toutes ses condoléances et pensées de soutien amical.

Xavier ESTURGIE, lundi 18 mars 2019


COMMUNIQUE DE PRESSE du lundi 18 mars 2019
SEMAINE DE L'INDUSTRIE

Comme chaque année, l’UIMM GL a programmé plusieurs initiatives et événements dans la cadre de la Semaine de l’Industrie, destinées à participer à la promotion de l’image de l’Industrie dans ses réalités d’aujourd’hui.

A noter tout particulièrement : 
 
- Des ACTIONS DÉCOUVERTE à destination des collégiens, lycéens et BTS, en partenariat  avec Cap Sciences et : les collèges Michel MONTAIGNE à Lormont, COUSTEAU à Saint André de Cubzac, et RAMBAULT à La Brède ; collège Alouette à Pessac, Lycées Marcel DASSAULT à Mérignac, Saint Joseph à Blanquefort, KASTLER à Talence, Jehan DUPÉRIER à Saint Médard en Jalles, SUD GIRONDE à Langon, Jacques BREL à Lormont, PAPE CLÉMENT à Pessac, PHILADELPH de GERDE à Pessac, et Gaston CRAMPE à Aire sur l’Adour.
· Organisation d’un parcours « Odyssée de l’Industrie » découverte des métiers industriels  à la Maison de l’Industrie de Bordeaux sur la base d’animations vidéo, de manipulations techniques et d’immersion destiné à appréhender l’univers de l’Industrie (18, 19, 22 mars)
· Création d’un escape game en partenariat avec EPA  et Cap Sciences, portant sur les thématiques de la robotisation et de la cyber sécurité (18, 19, 22 mars : Maison de l’Industrie de Bordeaux-Bruges / 23, 24 mars : Cap Sciences)
· Organisation de visites d’entreprises industrielles pour les collégiens et les lycéens  : AGB, GUARATO TUYAUTERIE SERVICE, FONDERIE DES CYCLOPES, AIR ET PULVERISATION, DASSAULT AVIATION, GETRAG GFT, PL2M, T2i, L’ELECTROLYSE, CHANTIER NAVAL DE BORDEAUX (CNB), WEISS TECHNIK, POTEZ AERONAUTIQUE.
 
- TRAJECTOIRES INDUSTRIELLES : mardi 19 mars à la Maison de l’Industrie de Bordeaux-Bruges 
· Table ronde « parcours industriels exemplaires » : des élèves apprentis et salariés de l’Industrie, parmi lesquels les apprenants du CFAI Aquitaine admis à intégrer l’ÉQUIPE DE France DES MÉTIERS en vue des épreuves internationales WORLDSKILLS  KAZAN 2019 témoigneront de leur engagement et de leur vision de l’industrie d’aujourd’hui et de l’industrie du futur.
· Remise des Prix de la Vocation Féminine dans les métiers techniques de l’Industrie (8ème édition) en partenariat avec Elles Bougent.
 
- FORUM EMPLOI INDUSTRIE : jeudi 21 mars à la Maison de l’Industrie de Bordeaux-Bruges : 200 postes à pourvoir immédiatement
· Organisation d’un forum emploi dédié au recrutement dans les métiers techniques tous niveaux (opérateurs, techniciens, ingénieurs et cadres), en partenariat avec Pôle Emploi
· Présence d’entreprises en recherches de compétences (GEIQ INDUSTRIE, AERYA GROUPE, AIO, ALSENAM, ALU PREFERENCE, ASSISTANCE AERONAUTIQUE ET AEROSPATIALE, AQMO, CNB, ENDEL ENGIE, EPSILON COMPOSITE, EXCENT FRANCE, GFT, HYD & AU, L’ELECTROLYSE, POTEZ AERONAUTIQUE, SABENA TECHNICS, THYSSENKRUPP ASCENSEURS, WEISS TECHNIK FRANCE-CLIMATS-SAPRATIN).
 
- DECOUVERTES DES FORMATIONS INDUSTRIELLES (formation continue – apprentissage) : PORTES OUVERTES DES SITES DU POLE FORMATION DE L’UIMM samedi 23 mars :
· Site de Bordeaux-Bruges (8h30-13h) Maison de l’Industrie de Bruges
· Site de Périgueux (8h30-13h) Maison de l’Industrie de Périgueux
· Site de Reignac (9h-17h) Antenne Formation de Reignac
· Site de Tarnos (9h-16h) Antenne Formation de Tarnos
 
L’industrie recrute – elle offre des parcours diversifiés à tout niveau de formation – elle permet une insertion ou des reconversions professionnelles réussies – les entreprises industrielles recherchent des hommes et des femmes motivés, prêts à se former pour construire et adapter  leurs compétences aux enjeux passionnants et aux technologies de l’Industrie du Futur
La Semaine de l’Industrie est l’occasion sur le terrain de :
· Découvrir les transformations industrielles et l’évolution des métiers
· Nouer des contacts avec les entreprises engagées autour de cet événement
· Découvrir dans les différents bassins d’emploi les formations disponibles en formation continue ou en alternance.
 
Pour tout contact utile : Maison de l’Industrie de Bordeaux  05 56 57 44 44


GRAND DEBAT


TéléchargerPour en savoir plus


LES VOEUX 2019 DE NICOLAS FOUCARD, PRESIDENT DE L'UIMM GIRONDE LANDES

Traditionnellement, l’année nouvelle a pour effet souhaité de nous enjoindre mutuellement au volontarisme et à l’action positive.

Après de longues années de torpeur économique conditionnée d’abord par l’impact d’une crise mondiale, puis par la persistance de problèmes structurels propres à notre pays, nous avons commencé à revoir un peu de lumière avec des activités globalement en redressement. La fin de l’année 2018 a
concentré l’engagement de nombreuses réformes qui touchent de près la gestion des entreprises, mais aussi l’apparition de troubles sociétaux inédits. Cestroubles, attisés par certains, ne trouvent pas leur source dans nos entreprises, mais révèlent sans doute des problèmes accumulés dans les défaillances de gestion collective de notre société depuis de nombreuses années. La question du coût des mobilités urbaines et péri-urbaines n’y est pas non plus étrangère.

Dans ce contexte, marqué par la peur du changement et l’anxiété sociale, le rôle de nos entreprises est plus que jamais essentiel. Car elles constituent, par le travail en équipes, le partage de projets, la promotion de la valeur travail, et la formation tout au long de la vie, un maillon essentiel de la socialisation. Au-delà même de nos entreprises, notre action collective est elle-aussi fondamentale. Les Dirigeants d’entreprises que nous sommes, entrepreneurs de TPI, PMI ouresponsables d’établissements industriels, sont confrontés au quotidien, à la fois au défi d’entraîner nos équipes dans des projets concrets, et simultanément à toutes les contraintes, multiformes, de notre environnement. Cela nous donne une légitimité : celle de l’expérience pratique ; une exigence : celle de la lucidité ; et une responsabilité : celle d’agir.

Notre organisation professionnelle s’est construite pour nous accompagner et faciliter notre action dans la direction et la gestion de nos entreprises. Elle est aussi et avant tout notre porte-voix. Et il est fondamental que notre voix se fasse entendre aussi et suffisamment au milieu des autres, vis-à-vis des instances nationales et territoriales de toutes natures. Il est fondamental d’expliquer que les vecteurs de progrès de notre société -  pas seulement technologiques et économiques, mais aussi sociaux, sociétaux et humains - reposent principalement sur la capacité des entreprises, et tout particulièrement des entreprises industrielles, à se développer. Et que cet enjeu doit guider les autres.

Cela passe par le dialogue social, essentiel. Et aussi,  par la formation et l’apprentissage tout aussi essentiels. Par notre volonté de convaincre les institutions, les pouvoirs publics, les élus, de manière indépendante et ouverte. Et par notre capacité d’échanger librement sur les orientations à promouvoir et à défendre. C’est ce creuset de réflexion et d’action que je vous propose d’approfondir ensemble au cours de l’année qui vient. Nous aurons en effet des défis importants à relever, directement liés aux réformes et aux débats qui s’engagent. À nous de renforcer notre solidarité pour réfléchir ensemble, pour proposer et pour agir.





Je souhaite que cette année 2019 vous apporte, à vous, vos proches, et vos équipes, santé et enthousiasme dans la poursuite de vos projets. Et qu’elle nous apporte à tous le progrès de la reconquête industrielle indispensable à notre pays et à son avenir.

BONNE ET HEUREUSE ANNÉE À TOUS !

Nicolas FOUCARD

 


DEMANDE DE MISE EN PLACE D'UNE CELLULE DE CRISE

Face à la situation créée par les blocages et les exactions actuelles, l'UIMM Gironde-Landes, qui représente une part prépondérante des industries manufacturières :
 
- Relève que les réactions spontanées d'une partie des personnes qui ont rejoint les manifestations des "gilets jaunes" sont révélatrices des difficultés d'une partie de nos concitoyens confrontés aux surcoûts dus notamment à l'éloignement des domiciles et des lieux de travail dans un contexte d'augmentation des prix de l'immobilier urbain. Elles méritent à ce titre d'être prises en considération, notamment par les politiques publiques de mobilité, du logement, et d'aménagement du territoire, ... parfois déconnectées des réalités vécues.

- Rappelle que ce sont les entreprises qui, par leur activité, génèrent la valeur ajoutée qui permet la redistribution sociale. Et que par conséquent, empêcher les salariés d'accéder à leur travail, les entreprises de se faire approvisionner et de livrer leurs clients ou d'intervenir sur leurs chantiers, pénalise directement et immédiatement cette activité, retarde les facturations et menace les trésoreries, donc l'emploi des salariés concernés.
 
Dans un Etat de Droit, le droit de manifester est pleinement légitime. Pas celui de bloquer ni de saboter l'économie en entravant la liberté du travail. Et bien entendu, pas celui non plus de commettre des exactions aggravant les dépenses publiques dans un contexte d'endettement de l'Etat et des Collectivités territoriales.
 
C'est pourquoi tous ceux qui, par calculs politiques ou syndicaux, sont aujourd'hui enclins à instrumentaliser, noyauter, ou récupérer, des détresses individuelles, prennent devant le pays et son économie de lourdes responsabilités.
 
L'UIMM-GL, quant à elle, devant le manque d'information des entreprises et les menaces qui pèsent d'ores et déjà sur l'activité de certaines d'entre elles, demande la mise en place immédiate par la Préfecture d'une cellule de crise associant les organisations professionnelles, déclinée par circonscriptions départementales.

 
à Bordeaux, le 22 novembre 2018



NOUVELLE PRESIDENCE A L'UIMM GIRONDE LANDES

Vendredi 29 octobre 2018



À la suite de son Assemblée Générale du vendredi 19 octobre 2018, l’UIMM Gironde-Landes a élu à la présidence de l’organisation professionnelle

M. Nicolas FOUCARD, Directeur de l’établissement du Haillan d’ArianeGroup, qui succède dans ces fonctions à Yannick DUFAU.

 

A cette occasion, dans le cadre de l’opération « Entre Industriels », six dirigeants d’entreprises ont présenté leurs activités et leurs projets au cours d’un déjeuner entre adhérents qui s’est déroulé dans une ambiance très conviviale et amicale :

- Arnaud DE CARLI et Jérôme LAVERGNE directeurs généraux de MECACYL spécialiste des hyper-lubrifiants ;

- Nicolas SIMON directeur général de WEISS TECHNIKFrance fabricant d’installations de simulation de l’environnement, d’enceintes thermiques et climatiques ;

- Xavier DATIN directeur général de I2S  spécialiste de la capture et du traitement d’image ;

- Alain TERRIER Gérant de AIR ET PULVÉRISATION fournisseur de matériel pour produit, colle, peinture et air comprimé ;

- Alexandre ZHENDRE PDG de ZHENDRE génie climatique et solutions en conteneur pour conditions extrêmes

- Lionel MATIAS PDG de A2M PROXIMÉTAL serrurerie-métallerie, construction métallique et numérisation bâtiment


BORDEAUX-METROPOLE, ICI ET MAINTENANT

Jeudi 27 septembre 2018

En dessinant les contours de son utopie urbaine, Bordeaux Métropole a formalisé aujourd’hui un point d’étape important de la mission « Bordeaux Métropole 2050 ». Dans la vie de la cité comme dans l’entreprise, la construction d’une vision partagée est essentielle pour apprendre à mieux vivre ensemble les changements et bâtir le futur. Comme les entreprises, la cité est cependant confrontée aussi au court terme pour inventer ici et maintenant les solutions pratiques utiles permettant d’optimiser les conditions de la transition vers le futur. Cet impératif implique nécessairement une approche collaborative avec les différentes dimensions de la société civile, parmi lesquelles celle du monde du travail.
C’est précisément dans cet esprit pragmatique que l’UIMM-GL , à la suite des échanges engagés avec Bordeaux Métropole sur les questions de mobilité et sur l’organisation des travaux de voierie, a décidé de mettre en place un groupe de travail Métropole-Mobilité-Travail composé d’industriels. Centré sur la recherche de solutions à court terme, ce groupe aura pour objet, à partir des situations vécues par les entreprises dans certaines zones métropolitaines, de formaliser en tant que de besoin des propositions pratiques d’intérêt immédiat auprès des élus en charge de l’arbitrage des décisions publiques. Nous restons persuadés en effet que dans ce domaine qui concerne directement la vie économique et sociale, tout ne peut être cantonné dans le cadre de la communication institutionnelle ni dans le huis clos de la technostructure administrative. C’est pourquoi, en complément des échanges d’ordre culturel et sociétal largement et utilement engagés aujourd’hui par Bordeaux Métropole, une veille « au fil de l’eau » des problèmes pratiques de mobilité et d’accessibilité rencontrés dans le cadre de la relation au travail sur le site métropolitain s’avère selon nous indispensable, car ceux-ci font aussi partie des conditions de travail qui concernent au quotidien les entreprises et leurs salariés. Et ce, au même titre par ailleurs que la sécurité des déplacements dans le cadre des trajets professionnels ou des trajets domicile-travail. Le recours aux deux-roues motorisés, au vélo ou aux transports alternatifs de toutes sortes est sans doute appelé à se développer. Pour autant, il doit s’avérer compatible avec la prise en compte des distances domiciles-travail, avec la nature des infrastructures urbaines dans le respect de règles de circulation adaptées, et, avant tout, avec les exigences de sécurité pour les salariés concernés. Sur ce point, l’UIMM-GL suivra avec attention la progression de l’accidentologie et de la sinistralité des deux-roues dans le cadre des déplacements de travail sur la zone métropolitaine.
Enfin, l’UIMM-GL, qui a également sensibilisé la Fédération des Travaux Publics à ce sujet, formule le souhait que la multiplication des travaux urbains de toutes natures engagés pour construire la métropole bordelaise du futur puisse s’organiser dans la meilleure coordination possible en permettant l’utilisation d’itinéraires de délestage pour les usagers et pour les entreprises qui, elles aussi, par leurs activités quotidiennes, construisent l’avenir.


ENCOMBREMENTS – TRAVAUX URBAINS BORDEAUX-METROPOLE : QUELLES SOLUTIONS ?

Mercredi 4 juillet 2018

Le Président de Bordeaux-Métropole, M. Alain Juppé, a reçu longuement ce jour 4 juillet, dans une ambiance d’échanges constructifs, une délégation de l’UIMM-GL composée de représentants de grands groupes industriels, de PMI et d’ETI, afin d’évoquer les conséquences des encombrements liés aux travaux mis en œuvre dans la circonscription.

Cet échange approfondi a permis un constat partagé sur les facteurs actuels d’aggravation des problèmes rencontrés, notamment :
- Une rocade sous-dimensionnée, Bordeaux-Métropole investissant 50% des moyens pour son élargissement à 2x3 voies dans le contexte de désengagement d’autres collectivités ;
- Un réseau ferroviaire régional sous-utilisé nécessitant la réouverture de certaines gares sur l’aire métropolitaine ;
- L’insuffisance des lignes et des fréquences de transports en commun pour certaines dessertes liées à l’activité économique (par exemple la liane 11) ;
- L’accroissement des problèmes de sécurité et des risques afférents à la dangerosité des modalités actuelles de déplacements 2 roues ;
- L’augmentation du coût de l’habitat métropolitain et l’allongement des distances domicile-travail des salariés de la zone ;
Et surtout, dans l’immédiat, les problèmes rencontrés pour une bonne coordination et régulation de la programmation et de la signalétique des travaux de toutes natures, grands et petits, qui sont engagés sur la zone.

Il a également permis de mesurer l’incidence des difficultés de déplacements sur l’organisation de l’activité industrielle, la qualité de vie au travail, et les problématiques de recrutements des entreprises ou de gestion de l’alternance.

Bordeaux Métropole a exposé le Plan urgence mobilité 2018-2020 qu’elle a adopté en avril.

La délégation UIMM-GL a fait part quant à elle des efforts engagés dans ce contexte par les entreprises en matière d’aménagements d’horaires, de plans de mobilité, voire, dans certains cas, de télétravail.

Des axes de progrès ont pu se dégager de cette rencontre, en particulier :
- La volonté des groupes industriels d’approfondir le dialogue avec les services de Bordeaux-Métropole afin d’anticiper au mieux les problèmes ;
- La perspective d’une accélération des aménagements utiles en matière de transports publics et d’augmentation des fréquences de dessertes;
- L’ouverture d’une approche prospective sur l’étude des possibilités matérielles de combinaison pratique des « déplacements doux » et de l’usage des transports publics ;
- L’approfondissement d’un dialogue avec le secteur des Travaux Publics pour une meilleure qualité d’organisation et de régulation des travaux de voierie permettant une meilleure anticipation ;
- La nécessité de mettre en place un appui-conseil mobilité et un dispositif de veille de l’organisation des flux par un système automatisé d’information des entreprises permettant l’anticipation de leurs itinéraires.

L’UIMM-GL reste convaincue que c’est par la multiplication de micro-solutions pratiques d’une part, par une meilleure coordination et régulation de l’engagement des travaux, d’autre part, que des améliorations pourront être apportées à la situation actuelle.

Bordeaux-Métropole est confrontée au défi de devenir une « smart city » : cet enjeu intègre la fluidification de la circulation et la prévention des accidents. L’optimisation temps réel de l’information et la mobilisation des moyens numériques et connectiques font partie de la solution, et l’industrie actuelle peut y apporter son concours.

Pour sa part, et dans l’immédiat, l’UIMM-GL ouvre dès aujourd’hui un dispositif d’échange permanent avec ses adhérents sur les problèmes rencontrés et les propositions de solutions collectives. Elle entrera également en contact avec la Fédération des Travaux Publics pour rechercher en commun des moyens d’amélioration concrète utiles à tous.


Encombrements – Travaux urbains Bordeaux-Métropole :
CRI D’ALARME DE L’UIMM-GL

Jeudi 28 juin 2018

Plusieurs entreprises ont fait part à l’UIMM de leur vive préoccupation concernant l’impact préjudiciable sur leur activité de l’intensification considérable des encombrements de circulation dans l’ensemble de la zone de Bordeaux-Métropole.

Les entreprises citent par ordre d’importance des préjudices subis :
1) L’augmentation (très importante) des temps de déplacements professionnels
2) L’accroissement du risque routier pour les salariés et son incidence pour les personnes et pour l’entreprise (très important)
3) Le stress des salariés au travail, dans leurs déplacements, et entre leurs déplacements
4) Les difficultés rencontrées par les salariés pour pouvoir respecter les horaires de l’entreprise et l’incidence sur son organisation et son activité (très important)
5) La désorganisation des relations clients-fournisseurs (importante et très importante), lesquelles nécessitent rendez-vous, chantiers et déplacements multiples au quotidien
6) L’incidence sur la capacité de recrutement de l’entreprise : déplacements des candidats, temps de trajets estimés des futurs salariés (important)
7) L’incidence globale sur l’attractivité de l’entreprise.

La situation actuellement engendrée sur le site de Bordeaux-Métropole apparaît donc particulièrement dommageable et préjudiciable pour les entreprises situées dans cette zone, mais également pour toutes celles, clients ou fournisseurs, dont l’activité nécessite des déplacements sur le site métropolitain.

Cette situation résulte à l’évidence :
- D’une insuffisante anticipation collective des infrastructures nécessaires au regard du développement des activités dans certaines zones (en particulier dans la zone Aéroparc de Mérignac, ainsi que pour la rocade bordelaise) ;
- De la mise en chantier simultanée de multiples et très nombreux travaux de voierie, grands travaux et petits travaux, sur des axes de circulation importants comme sur des voies moins importantes, affectant autant les flux de circulation principaux que les possibilités de délestage ;
- De l’aggravation, en outre, des conditions de circulation et du risque accidentogène dus dans ce contexte à l’anarchie actuelle des déplacements des deux roues, vélos, trottinettes, trottinettes électriques, rollers, etc… sans respect des règles de circulation ni d’une signalétique par ailleurs souvent défaillante.

Face à une telle situation, de nombreux salariés se trouvent enclins ou contraints de recourir aux deux-roues, le plus souvent motorisées en raison de l’éloignement des distances domiciles-travail. Au regard des indices de fréquence et de gravité des accidents subis par ces utilisateurs, une telle situation est devenue un sujet de préoccupation important pour l’entreprise et pour les femmes et les hommes qui la composent. Dans un tel contexte, le discours « officiel » et/ou administratif sur les « déplacements doux » apparaît, face aux conséquences concrètes d’une telle situation, non seulement notoirement insuffisant, mais, de ce fait, pour partie irréaliste, donc irresponsable.

L’UIMM-GL rappelle que si l’entreprise est placée en responsabilité concernant l’aggravation du risque routier et du risque trajet, pour autant, cette responsabilité implique d’appeler aussi à la responsabilité et à la vigilance les décideurs et les services publics qui engagent des actions ou des chantiers ayant une incidence directe manifeste sur les conditions d’activités et de déplacements des acteurs de l’entreprise, notamment lorsque cette incidence se révèle particulièrement contraignante et accidentogène. C’est précisément le cas aujourd’hui sur l’ensemble de la zone de Bordeaux-Métropole.

C’est pourquoi, au regard de l’aggravation constatée, elle demande :
- un suivi spécifique de l’évolution des accidents de circulation dans la zone de Bordeaux-Métropole,
- la mise en place à destination des entreprises, par tous moyens numériques utiles, d’un dispositif de veille anticipatrice et d’information continue des conditions de programmation des travaux de voieries et de leurs conséquences effectives sur les flux de circulation,
- un moratoire dans l’ordonnancement des travaux en cours et l’engagement d’une concertation opérationnelle avec les représentants des activités présentes sur le site.

Les pouvoirs publics, face à des situations exceptionnelles, sont régulièrement appelés à mettre en place des « cellules de crise » : la crise de la circulation au sein de Bordeaux-Métropole mériterait à tout le moins une attention de prévention anticipatrice à l’égard des usagers, parmi lesquels les entreprises et leurs salariés qui contribuent activement à la valeur ajoutée utile au développement urbain.


© UIMM Gironde Landes - Adhérente à l'UIMM





Accueil
Agenda
L'UIMM
Devenir membre de l'UIMM
Publications
Economie et technologie
Juridique et social
Compétences et ressources Humaines
Espace emploi